top of page
  • Photo du rédacteurStéphane CAVOIT

VENTURI AUX 24 HEURES DU MANS.

Dernière mise à jour : 16 mai


Commençons par un peu d'histoire. Il y a quarante ans en 1984, la rencontre entre deux hommes employés chez Heuliez fait germer un projet un peu fou. L'un étant ingénieur et l'autre designer, ils décident de mettre en commun leurs compétences et connaissances pour construire une voiture de sport. La machine sera baptisée "Venturi".

Ces deux passionnés d'automobile ne sont pas des débutants. Gérard GODFROY a été salarié chez Peugeot et a travaillé sur le projet de la 205. Chez Heuliez, il travaille notamment sur la Visa Chrono, l'Alpine GTA en passant par la 604 limousine. Claude POIRAUD est passé par Chrysler et Alpine en tant qu'ingénieur développement. Il a activement contribué à la fabrication de l'AlpineA310.

Lors des 24 heures 1993, le constructeur Français engage pas moins de 7 voitures. Les Venturi 500 LM sont équipées d'un moteur V6 PRV développant environ 480 chevaux. La première du team Augusta Racing n°55 terminera à la 23éme place. La machine du Jacadi Racing avec Jacques Laffite, Christophe Dechavanne et Michel Maisonneuve fera partie des deux abandons de la marque avec celle de Claude Brana, Johannes Bardutt et Costas Los engagée par Stéphane Ratel.

En 1994, les voitures 500 LM évoluent en 600 LM avec une puissance proche de 600 chevaux ainsi que des évolutions aérodynamiques .

Aux 24h du Mans 1994, quatre 600 LM et deux 400 GTR sont présentes aux essais. Cinq seront au départ. La sixième ne sera pas qualifiée en raison de problèmes mécaniques. Une seule auto terminera les deux tours d'horloge classée. Il s'agit de la 400 GTR n°68 du team Augusta Racing pilotée par Jean-Louis Sirera , Antonio Camp et Xavier Puig.

Pour l'édition 1995, l'usine a préparé une Venturi 600 SLM. Le capot avant est plus arrondi et l'arrière modifié. Le moteur a été revu et développe désormais 650 ch. Le trio Jean-Marc Gounon, Paul Belmondo et Arnaud Trévisol, qualifie la voiture à la 10éme place. Les deux autres 600 LM engagées sont également qualifiées à la 29éme et 35éme place. Malheureusement, elles font face à des problèmes mécaniques et des délais de réparations bien trop longs.

La voiture usine n°44 sera à l'arrivée mais non classée. Les deux autres 600 LM ont abandonné.

Une dernière tentative lors des 24 heures du Mans 1996. La voiture restera au stade des essais préqualificatifs. Ainsi s'achève l'aventure de la marque sur le circuit manceau.

La Venturi reste un modèle emblématique de ce constructeur Français, symbolisant son entrée dans le monde de la compétition automobile de haut niveau. Aujourd'hui, elle est considérée comme une voiture de collection rare et prisée par les passionnés d'automobiles anciennes.


Retrouvez en quelques images, les trois années de participation à la plus grande course d'endurance du monde.

Crédit photos : Stéphane CAVOIT / RACINGSHOOTS

Comments


bottom of page