top of page
  • Photo du rédacteurAlicia Quénard

A la rencontre de Margaux VERZA.

Née en août 1997 à Paris, Margaux Verza est une jeune pilote qui s'est révélée en Porsche Sprint Challenge Cup et qui performe désormais en Alpine Cup. Découvrez dans cet article, un portrait de cette jeune pilote française.


Margaux nous raconte comment le sport automobile est devenu une passion :

Depuis mon plus jeune âge je suis passionnée par l'automobile. Surement même avant ma naissance car j'étais encore dans le ventre de ma mère que j'accompagnais déjà mon père sur les paddocks des 24heures du Mans karting. Petite, je préférais les miniatures aux Barbies, j'avais également une jolie collection de camions, des parkings et des transporteurs.

En 2018, Margaux s'initie directement à l'auto en réalisant sa première course en Sport Cup Challenge (aujourd'hui appelé Porsche Sprint Challenge France) à bord d'une Porsche 996 Cup de l'écurie CG Motorsport. Contrairement à de nombreux pilotes, Margaux n'a jamais fait de kart et s'est entraînée en auto après avoir passé son permis, en 2016.

J'ai commencé à rouler sur circuit à bord d'une Porsche 993 4S puis sur une 996 GT3 et enfin une 997 GT3. J'ai toujours été accompagné par différents instructeurs et pilotes professionnels afin de travailler et progresser dans la bonne direction.

Margaux nous livre ses premières impressions en course à bord d'une 996 Cup.

Lors de ma première course, j'ai découvert la voiture lors des essais privés le jeudi. Les qualifications se sont déroulées le vendredi et la course s'est réalisée le samedi. A ce moment-là, tout était nouveau. Les pneus slicks, les équipements comme le harnais et le hans, la position dans le baquet, le départ et surtout l'équipe ! Ce fut une expérience incroyable où je me qualifie 3e et termine finalement la course à la cinquième place au général et seconde de ma catégorie. J'ai pris un plaisir incroyable, je ne revenais pas de ce que j'avais effectué.


En 2019, après une saison complète avec cette même voiture, Margaux Verza termine le championnat Porsche Sport Cup Challenge à la 5e place sur 23 au général et deuxième sur 10 de la catégorie slick. En 2020, du haut de ses 23 ans, Margaux part à l'étranger pour réaliser un master d'ingénierie spécialisé en sport automobile. Suite à la pandémie du Covid-19, la jeune pilote n'a pu réaliser 3 des cinq meeting proposé par le championnat Porsche Sport Cup Challenge. Dans cette même année, elle réalisa sa première victoire sur le circuit du Vigeant. La saison suivante, de progression en progression Margaux allie victoire et performance avec un doublé sur le circuit Bugatti du Mans. Afin de compléter son palmarès, la pilote française s'essaya à l'Alpine Cup en 2022. Dans la catégorie Junior, ce fut l'occasion pour elle de découvrir une nouvelle voiture et une nouvelle équipe : Autosport GP. Elle découvrit aussi de nouveaux circuits internationaux et un nouveau championnat au niveau très relevé. La saison dernière, Margaux continua de performer en Alpine cup et décrocha 4 podiums de sa catégorie Challenger sur les six épreuves.





Margaux nous parle de ses ambitions.

J'ai eu la chance pour pouvoir rouler depuis quelques années et de pouvoir continuer pour le moment. Dans l'avenir j'aimerais continuer d'apprendre, progresser, grandir en ayant des objectifs clairs et réalisables. J'aimerais gravir les échelons petit à petit pour viser de plus grosses catégories comme le GT3.



Qui est Margaux Verza ?

As-tu un projet professionnel ?

J'ai la chance de pouvoir allier ma passion à mon métier. Ingénieure en sport automobile, double diplômée ESTACA et Cranfield University. J'ai choisi ces études afin de travailler dans le domaine qui me passionne. J'ai également eu l'occasion de rencontrer beaucoup de personnes sur les circuits qui m'ont permis d'obtenir des stages dans ce milieu et d'être aujourd'hui ingénieure simulation mise au point liaison au sol chez Alpine Cars.



As-tu des loisirs en dehors du sport automobile ?

L'automobile et le sport automobile prennent une grande place dans ma vie. En plus d'être mon métier 5 jours sur 7, je passe également beaucoup de temps sur les circuits même lorsque je ne roule pas. Quand j'arrive à avoir un weekend de libre, j'aime le passer en famille ou avec des amis à faire des jeux de sociétés, des apéros, des bons dîners et toutes les belles choses de la vie.

Quels sont tes atouts en sport auto ?

Au fur et à mesure des années, des voitures et de ma progression, j'ai tour à tour été meilleure en qualif sur 1 tour puis en rythme de course. J'ai aussi dû apprendre à dépasser les concurrents, oser attaquer. Ce sont des actions qui ont été assez compliqués pour moi au début. Finalement, je suis assez polyvalente. Tout dépend des circuits, de la confiance en l'auto, de mon état d'esprit, de la voiture... Tous ces critères font que je peux faire une super qualif et être moins bien en course ou l'inverse !

As-tu une anecdote à nous partager ?

Pour la petite anecdote, à mes 4 ans, mes parents m'ont demandé d'arrêter la tétine en échange d'un cadeau. Nous sommes allés au magasin de jouets et parmi tous les choix possibles, j'ai choisi un bus débrayable RATP.

Quel est ton souvenir le plus marquant ?

En choisir qu'un est difficile car il y en a tellement. J'ai vécu des moments extraordinaires ces dernières années, j'ai rencontré des personnes incroyables et ressenti beaucoup d'émotions. Un de mes très bons souvenirs est mon retour d'Angleterre en octobre 2021. Après 1 an sans avoir piloté, j'ai gagné les deux courses au Mans, une sur le sec et l'autre sous les trombes d'eau. J'ai également partagé à deux reprises le podium avec mon père.

As-tu un idole et un circuit favori ?

J'ai adoré découvrir Zandvoort en 2022. C'est un circuit incroyable, très technique et rigoureux où j'ai pris beaucoup de plaisir à rouler. Autrement, j'aime tous les circuits tant que je peux être dans un baquet ou derrière un volant, je suis heureuse. J'aime beaucoup les Iron Dames. Je les suis depuis quelques années et j'admire leur évolution, leur progression. Je trouve ce projet vraiment super et leurs résultats prouvent qu'un pilote est un pilote et qu'il n'y a pas de différenciation de genre une fois dans le baquet.

REMERCIEMENTS

Je remercie ma famille, mes parents, ma soeur et mes amis qui me soutiennent et viennent souvent me voir sur les circuits. J'adore partager ça avec eux. En Alpine cup j'ai également eu le soutien de nouveaux partenaires qui m'ont suivi pendant deux saisons, je les remercie de m'avoir soutenue jusqu'au bout. Pour 2024, je vais avoir le soutien de très beaux partenaires dont je ne peux pas encore dévoiler le nom,mais je les remercie déjà.




CREDIT PHOTO : DPPI, ALEX RIVET, ALICIA QUENARD.

bottom of page