top of page
  • Photo du rédacteurBruno GAGLIARDI

CHAMPIONNAT DE FRANCE DE LA MONTAGNE 2023. Geoffrey SCHATZ malgré tout.

Le premier week-end de juillet a lieu traditionnellement la course de côte de Vuillafans Echevannes dans la très belle vallée de la Loue dans le Doubs.

Dès les essais Geoffrey Schatz, le triple champion de France de la montagne 2019, 2020, 2021, apparait comme le favori de cette édition 2023.

Les deux premières montées confirment qu’il sera difficile de le vaincre. Lors de la troisième montée et à la surprise de tous, Geoffrey Schatz est au ralenti et s’arrête à la dernière épingle. Un caillou perça son radiateur de refroidissement et déclara forfait pour la quatrième et dernière montée.

Ne pouvant défendre ses chances, la voie était libre dans l’ultime montée pour Fabien Bourgeon le leader du championnat, mais la tache s’annonçait compliquée. Malheureusement Bourgeon sortit violemment de la route. Pas de blessure, mais de gros dégâts sur sa voiture.

Nous espérons qu’il puisse se présenter à la prochaine épreuve à Dunières en Auvergne du 21 au 23 juillet.

A noter la très belle prestation de Cindy Gudet 5ème au scratch, première féminine et première en classe protos deux litres. Les époques sont différentes mais son parcours n’est pas s’en rappeler celui d’Anne Baverey au début des années 1980.

La grosse sensation de cette édition fut la première apparition de la Norma 3L à moteur Mugen de Samuel Guth.

L'objectif de ce week-end était d’apprivoiser ce monstre. Samuel a roulé dans les temps qu’il s’était fixé. Apprentissage réussi ! Et quelle sonorité ! Le public n’avait qu’une hâte revoir Samuel Guth et sa Norma !

Fabien Frantz d’Ornans a terminé 8ème et premier de sa classe, les Protos 2 L atmosphériques.

Comme dit l’adage, la montagne cela nous gagne, et certains pilotes présents ce week-end à Vuillafans ne sont pas des inconnus, comme Jean Marie Almeras , le champion de France de la montagne 1978 et champion d’Europe 1978, 1979, 1980 et 2016.

On ne présente plus non plus Francis Dosières au palmarès impressionnant en montagne.

Enfin un coup de chapeau au Bisontin Jacques Chevallier qui à 82 ans n’a pas perdu son coup de volant sur une Formule Renault.

Crédit photos : Bruno GAGLIARDI / RACINGSHOOTS



Comments


bottom of page